HérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHéros
Ventes de migrants africains en Libye: une conférence-débat à Bruxelles ce 25 novembre 2017
Terre en crise: Parce que nous refusons de comprendre ...!
Cameroun -Crise
#BalanceTaPute: la chanteuse Mariah Carey accusée de harcèlement sexuels
Arnaque sur internet: 44 000€ escroqués par deux
Les nombreux silences coupables de Gon Coulibaly: la rhétorique victimaire et mensongère du Journal L’Expression
Le Citoyen Soul to Soul, otage de l’ingratitude cynique du régime Ouattara !
Cameroun: naissance du mouvement
Cameroon: Paul Biya libère les prisonniers anglophones
Les images de Marafa Hamidou Yaya pleuvent sur l'ambassade du Cameroun en France
Le Franc-Parler du Président Alpha Condé et la génération africaine émergente
Les panafricons
Fausses vidéos d'Alep: 5 personnes arrêtées en plein tournage en Egypte
Un garçon de 7 ans sauvagement battu et brulé vif à Lagos
Facebook côté démons: le faux profile d'un ComZone de la Seleka utilisé pour attiser la haine inter-réligieuse en insultant le Pape

Le Capitaine Guerandi enlevé et assassiné par les services secrets camerounais?

Capitaine Guerandi Mbara14/09/2014 | Roufaou Oumarou

Le Capitaine Guerandi Mbara a été enlevé et amenené au Cameroun par les services secrets camerounais depuis 2012, et à ce jour il serait soit en détention dans un endroit secret soit assassiné et anonymement enterré. C'est l'information, publiée par un journaliste camerounais qui dit la tenir de l'hebdomadaire panafricain jeune afrique, qui est en train de s'étendre comme un feu de paille dans les milieux camerounais.

L'ex-Officier Superieur de l'Armée camerounaise, qui est un des cerveaux de la tentative de putsch du 06 avril 1984 contre Paul Biya, aurait été enlevé par le DGSE (Direction Générale de la Sécurité Extérieure) camerounaise alors qu'il essayait d'entrer en contact avec un marchand d'armes à Paris.

Les arrestations et enlèvements d'opposants par les services secrets camerounais, suivis de détention sécrete est une pratique qui n'est pas si rare et qui tend à se multiplier dans le contexte actuel de guerre contre Boko Haram et de rumeurs de toutes sortes sur une Rebellion interne au Nord du Pays.
 

Drogué et ramené au Cameroun alors qu'il se croyait en route pour la Russie

Informés du projet de Guerandi qui chercherait  de quoi armer 2000 combattants, les agents de la  DGSE aurait monté un piège dans lequel serait tombé le Capitaine. Son contact pour l'achat des armes lui aurait proposé de l'amener en Russie pour finaliser l'achat des armes, et lorsqu'il est monté dans l'avion qui aurait decollé du Portugal, il aurait été drogué et amené au Cameroun, où il serait arrivé le 25 janvier 2013.

Le Capitaine Guerandi Mbara a toujours été un homme de l'ombre, pour qui la discretion est une seconde nature. Avare de paroles, il était conscient que sa vie est constamment menacé et donc il ne prenait aucun risque. Lorsque nous l'avions rencontré il y a quelques années, une de ses paroles étaient "je n'aime pas le bavardage inutile". L'homme ne parle pas pour parler, préferant se reserver pour l'action.

Guerandi était né à Douala en 1954 d'un père officier de l’armée et donc c'est tout naturellement qu'il entrera dans l'Armée. Après l’EMIA (École Militaire Inter-Armes) d'où il sortira sous-lieutenant il ira poursuivre sa formation militaire en Allemagne de l'Ouest dans une académie de la Bundeswehr. De retour au pays en 1979, il est intégré dans une unité d’artillerie à Dschang (Ouest du Cameroun), où son esprit critique le poussera à fonder avec d'autres d’officiers des cellules clandestines de réflexion qui formeront la base du groupe de soldats qui a essayé de renverser Paul Biya en 1984.

La tentative de coup d'Etat avait échoué, et Guerandi, un des rares survivants, qui avait réussi à s'échapper, se réfugiera au Burkina Faso, où il contribuera à la formation de jeunes officiers dans l’Académie militaire nouvellement créée à l'époque. Il redigera son livre « Cameroun : une armée sans défense » dans lequel il analyse les causes de l'échec du 6 avril 1984. Il suivra également un cursus universitaire dans le domaine des Relations internationales et obtiendra en 1997 un doctorat en sciences politiques à l'Université Paris Descartes. À la tête d'un cabinet d’études en questions stratégiques, économiques et sociales en Afrique qu'il avait fondé, il travaillera aussi comme professeur de Relations internationales (géopolitique, géostratégie).

Sur le plan politique le Dr. Guerandi continuera à animer depuis son exil des actions politiques pour amener un changement "systémique" au Cameroun, car pour lui remplacer le Chef de l'Etat sans changer tout le système n'apportera rien de bon aux Camerounais.

Nous essayons de vérifier l'information de sa disparition, mais actuellement c'est extrêmement difficile parce que d'abord le Capitaine Guerandi, comme on l'a vu, est un homme secret. Ensuite parce que beaucoup de personnes se demandent si la nouvelle publiée actuellement par Jeune Afrique n'est pas un piège destiné justement à le forcer à re-apparaitre. Le Cameroun bruit de rumeurs d'une Rebellion au Nord Cameroun à l'ombre des attaques de la secte Boko Haram, et certains ont vite fait d'attribuer au Capitaine Guerandi la paternité de cette Rebellion. Sa disparion depuis plus de deux ans ne fait qu'alimenter ces rumeurs. D'où la crainte de manoeuvre des services camerounais pour le forcer à faire voir ses cartes au cas où il aurait quelque chose à voir avec les craintes actuelles du regime.

Les arrestations et enlèvements d'opposants suivis de détention sécrete: une pratique pas si rare des services camerounais

On se rappelle qu'en 2009, LIMAN OUMATE, président du Mouvement de Libération du Peuple Camerounais (MLPC) qui avait annoncé disposer d'une armée de plusieurs milliers de combattants au Nord Cameroun et qui avait donné un ultimatum à Paul Biya, avait été enlevé par une opération secrète à Maiduguri, au Nord du Nigeria par un commando de gendarmes camerounais plus ou moins aidés par les autorités nigérianes, et raméné au Cameroun. Mis en détention administrative indéfinie, Liman Oumaté a de fait disparu aux mains des services secrets. Ni accusation ni procès publique ni aucune communication sur son sort.

Début août  2014 l'opposant Aboubakar Siddiki, président du Mouvement patriotique du salut camerounais (MPSC) a été enlevé par un commando d'hommes encagoulés qui avaient fait le déplacement de Yaoundé à Douala spécifiquement pour cette mission. Disparu également, car jusqu'aujourd'hui aucune information sur son sort n'a filtré, ni vis-à-vis de sa famille ni vis-à-vis de l'opinion camerounaise. On sait seulement qu'il est entre les mains d'un service de sécurité de l'Etat et qu'il a été arrêté pour atteinte à la Sécurité intérieur, mais on ne sait rien de précis: que lui reproche-t-on concrétement, où est-il détenu, a-t-il droit à l'assistance d'un avocat, quand sera-t-il jugé, etc ? Rien.

Fin août c'est une autre personnalité maitre Harissou, qu'on dit proche de l'ex-Ministre Marafa Hamidou Yaya, qui a été arrêté à Maroua (Extrême-Nord), par des éléments de la DGRE venus de Yaoundé. Notaire connu au Cameroun et en Afrique, maitre Harissou a été arrêté parce qu'il serait mêlé à des projets de déstabilisation du à partir de ...la Centrafrique. Militant de l’Union Démocratique du Cameroun (UDC) d’Adamou Ndam Njoya, il ne s'est jamais particulièrement distingué par son militantisme politique. Sur son sort également le gouvernement est avare en communication.

Le régime camerounais fera-t-il exception cette fois, dans le cas de la supposée disparition du Capitaine Guérandi ? Wait and see.

 

Des viols à l'esclavage, des nomades racontent la violence des antibalakas en Centrafrique

Le capitaine Guerandi Mbara