HérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHéros
Ventes de migrants africains en Libye: une conférence-débat à Bruxelles ce 25 novembre 2017
Terre en crise: Parce que nous refusons de comprendre ...!
Cameroun -Crise
#BalanceTaPute: la chanteuse Mariah Carey accusée de harcèlement sexuels
Arnaque sur internet: 44 000€ escroqués par deux
Les nombreux silences coupables de Gon Coulibaly: la rhétorique victimaire et mensongère du Journal L’Expression
Le Citoyen Soul to Soul, otage de l’ingratitude cynique du régime Ouattara !
Cameroun: naissance du mouvement
Cameroon: Paul Biya libère les prisonniers anglophones
Les images de Marafa Hamidou Yaya pleuvent sur l'ambassade du Cameroun en France
Le Franc-Parler du Président Alpha Condé et la génération africaine émergente
Les panafricons
Fausses vidéos d'Alep: 5 personnes arrêtées en plein tournage en Egypte
Un garçon de 7 ans sauvagement battu et brulé vif à Lagos
Facebook côté démons: le faux profile d'un ComZone de la Seleka utilisé pour attiser la haine inter-réligieuse en insultant le Pape

Cameroun: un jeune condamné à 10 ans de prison pour une blague sur Boko Haram

10 ans d'emprisonnement pour une blague sur boko haram!Une court militaire camerounaise vient de condamner à Yaoundé un étudiant de 27 ans à 10 ans d'emprisonnement pour avoir échangé un SMS humoristique sur Boko Haram avec ses amis. C'est l'un des pires cauchemars des opposants à la loi anti-terroriste camerounaise adoptée en 2014 qui devient réalité.

Selon des informations publiées par Amnesty International les jeunes
Fomusoh Ivo Feh, Afuh Nivelle Nfor et Azah Levis Gob, le premier avait envoyé en 2014 à ses deux amis un SMS avec le contenu suivant:  « Boko Haram recrute des jeunes de 14 ans et plus. Conditions de recrutement : avoir validé 4 matières et la religion au baccalauréat ».

Dénoncés et immédiatement arrêtés, ils sont en détentions provisoires dépuis 2014. Le 05 octobre dernier le tribunal militaire de yaoundé avait reconnu l'étudiant Fomusoh Ivo Feh coupable de «non-dénonciation d’actes terroristes», sur la seule base du SMS ci-dessus. Selon des sources proches de leurs avocats, la justice militaire veut montrer que même l'humour est interdite en matière de lutte contre le terrorisme.

Pour l'accusation de «non-dénonciation d’actes terroristes» les 3 amis risquaient jusqu’à 20 ans d’emprisonnement.

Selon les defenseurs des Droits de l'Homme Fomusoh Ivo Feh, Afuh Nivelle Nfor et Azah Levis Gob n'auraient jamais dû être arrêté pour un tel motif, à plus forte raison condamné à des lourdes peines pour avoir exprimé de l'humour.  Une des nombreuses raisons pour lesquels les tribunaux militaires ne devraient pas avoir compétence sur les personnes civiles au Cameroun.

Écrit par Roufaou Oumarou

Des viols à l'esclavage, des nomades racontent la violence des antibalakas en Centrafrique

Le capitaine Guerandi Mbara