HérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHéros
Cameroon: Paul Biya libère les prisonniers anglophones
MEIGANGA: trafic d'organes et profanation, deux infirmières aux arrêts - Le Dr. Djimoké en liberté
Les images de Marafa Hamidou Yaya pleuvent sur l'ambassade du Cameroun en France
Le Franc-Parler du Président Alpha Condé et la génération africaine émergente
langue Fufulde: découverte du
Les panafricons
Fausses vidéos d'Alep: 5 personnes arrêtées en plein tournage en Egypte
Un garçon de 7 ans sauvagement battu et brulé vif à Lagos
Facebook côté démons: le faux profile d'un ComZone de la Seleka utilisé pour attiser la haine inter-réligieuse en insultant le Pape
Horreur: un Africain se fait agresser et arracher les yeux à Bruxelles pour des critiques politques sur facebook!
Réflexion. Projet
Turquie: deux Nigérians arrêtés avec 115 capotes de drogue dans l'estomac
RCA: tacle mensonger de diaspora-magazine.com contre la SELEKA
Biens Mals Acquis: 11 voitures de luxes de Teodorin Obiang saisis en Suisse
Sultan de Sokoto:

Cameroon: Paul Biya libère les prisonniers anglophones

Manifestations des avocats anglophones au CamerounLe president camerounais Paul Biya a soudainement décidé de libérer les prisonniers politiques connus comme les Leaders Anglophones et qui, arrêtés et traduits devant le tribunal militaire pour avoir pris la tête des manifestations dans la crise dite anglophone,  étaient emprisonnés à Yaoundé dépuis le début de l'année 2017. Il s'agit notamment entre autres de Fontem Neba, Agbor Balla, Ayah Paul.

Si la nouvelle est effectivement confirmée et la décision présidentielle de libérer ces prisonniers, considérés comme des prisonniers politiques par les organismes de Défense des Drois de l'Homme, est traduite dans les faits, alors ce sera une autre confirmation, heureuse dans ce cas-ci, qu'au Cameroun, d'une part tout et vraiment tout dépend de Paul Biya, et d'autre part ce dernier sait interpréter les signes du temps et agir en conséquence. Excepté pour certains thuriféraires du regime, il était évident que garder arbitrairement ces hommes en prison était totalement contre-productif, surtout avec une rentrée scolaire qui s'annonce encore plus chaude dans leurs régions d'origine.

Maitre Agbor Balla et le Dr. Fontem Neba

En effet selon plusieurs médias camerounais un texte officiel publié aujourd'hui informe l'opinion nationale et internationale que le Président Paul Biya a décidé ce mercredi 30 août d’arrêter les poursuites « pendantes au Tribunal militaire de Yaoundé contre les nommés Nkongho Felix Agbor, Fontem Neba, Paul Ayah Abine et certaines autres personnes interpellées dans le cadre des violences  survenues ces derniers mois dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest ».
 
Au total plus d'une centaine de Camerounais originaires des régions dites anglophones (le Nord-Ouest et le Sud-Ouest) furent arrêtés et détenus pour être jugés par le tribunal militaire. Certains d'entre eux étaient à la prison de Kondengui et d'autres, comme le magistrat Paul Ayah, étaient emprisonnés dans les cellules spéciales du Secretariat d'Etat à la Défense (SED) à Yaoundé.
 
Communiqué annonçant la libération des prisonniers politiques anglophones
 
Ici une lettre, parmi des centaines, écrites par des organismes et des personnalités demandant la libération des personnes arrêtés dans le cadre des manifestations des avocats et des enseignants anglophones >>>
 
 
Écrit par Roufaou Oumarou

Des viols à l'esclavage, des nomades racontent la violence des antibalakas en Centrafrique

Le capitaine Guerandi Mbara