HérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHéros
Ventes de migrants africains en Libye: une conférence-débat à Bruxelles ce 25 novembre 2017
Terre en crise: Parce que nous refusons de comprendre ...!
Cameroun -Crise
#BalanceTaPute: la chanteuse Mariah Carey accusée de harcèlement sexuels
Arnaque sur internet: 44 000€ escroqués par deux
Les nombreux silences coupables de Gon Coulibaly: la rhétorique victimaire et mensongère du Journal L’Expression
Le Citoyen Soul to Soul, otage de l’ingratitude cynique du régime Ouattara !
Cameroun: naissance du mouvement
Cameroon: Paul Biya libère les prisonniers anglophones
Les images de Marafa Hamidou Yaya pleuvent sur l'ambassade du Cameroun en France
Le Franc-Parler du Président Alpha Condé et la génération africaine émergente
Les panafricons
Fausses vidéos d'Alep: 5 personnes arrêtées en plein tournage en Egypte
Un garçon de 7 ans sauvagement battu et brulé vif à Lagos
Facebook côté démons: le faux profile d'un ComZone de la Seleka utilisé pour attiser la haine inter-réligieuse en insultant le Pape

Cameroun: les mensonges d'un ex-responsable du SDF passé au RDPC, pour aider un milliardaire à annexer 75% des terres de son peuple

Kum Chrysantus (Chu Ndouk) fabrique des mensonges pour aider Danpullo à arracher la terre de ESU14/10/2006 | Bamenda

Le SDF, parti dirigé par John Fru Ndi, doit se féliciter tous les jours d'être débarassé d'un responsable départemental comme Mr. Kum Chrysantus. De l'autre côté, le RDPC devrait se demander s'il a fait une bonne affaire en acceptant ce monsieur dans ses rangs. A Esu un conflit foncier oppose depuis des années l'homme le plus riche du Cameroun, Baba A. Danpullo (BAD) à la petite communauté ESU.

Le 08 octobre 2016  l'homme politique Kum Chrysantus, lui-même fils d'Esu et recemment passé du SDF au RDPC, a envoyé une lettre (ici) au Premier Ministre du Cameroun pour d'imposer au peuple d'Esu d'accepter l'extorsion de 75% de leurs terres.

Un résumé succint du problème permettrait de mieux comprendre la suite. En 1986 le Fon (souverain traditionel ) d'ESU, dans la région du Nord-Ouest du Cameroun, avait verbalement accordé un terrain aux dimensions bien décrites à l'homme d'affaire Danpullo pour faire de l'élevage. Le Fon avait envoyé une lettre au Sous-préfet pour confirmer l'autorisation de faire paître des boeufs à cet endroit. Avec les années Danpullo y a créé un ranch qu'il a à plusieurs fois agrandi par des moyens que les populations locales et le Fon jugent inacceptables.

Il n'a aucun titre foncier ni aucun autre document de propriété sur les 10 000 HA deDanpullo avec Chantal et Paul Biya terres qu'il prétend dorenavent posseder. Avec l'accroissement démographique, les nuisances environnementales, les conflits avec les voisins et compte tenu du fait que la surface qu'il occupe désormais fait 75% des terres du petit royaume, le Fon et les populations lui ont demandé de déplacer ses boeufs ou de réduire la surface qu'il occupe, ce qu'il réfuse de faire. Entre temps l'affaire a connu toutes sortes d'épisodes, avec des manifestions et repressions, plaintes en justice, arrestation et emprisonnement de jeunes leaders Esu, implication de responsables politiques de tous bords, réunion de réconciliations...

Le 29 décembre 2015 une réunion de crise a eu lieu à Wum sous la présidence du gouverneur du Nord-Ouest Adolf Lele L’Afrique, au cours de laquelle Baba Danpullo et les Esu représentés par le Fon Albert Kum-a-Chuo II, en présence des plus hautes autorités administratives et judiciaires de la région et du député SDF Ndong Larry Hills. Il avait été décidé de créer une commission départementale sous l'autorité du préfet, chargée de trouver une issue pacifique entre les parties; celles-ci s'étaient engagées à géler toute activité sur le terrain et à rétirer toutes les plaintes pendantes devant les tribunaux. Voir aussi nos autres articles sur le sujet. À la sortie de la réunion, le Fon Albert Kum avait résumé ce que les gens d'Esu attendent de Baba Danpullo: “all we want is for Danpullo to liberate that area. My population has increased, we need places to build and we need places to farm. You know, my predecessor simply gave him that place for grazing, and you know according to grazing norms, cattle are not supposed to co-habitat with human beings. As the population is growing, cattle are supposed to move. We are not asking him to leave the Esu Fondom, we are simply asking him to relocate with his cattle to a place I intend to show him in collaboration with my traditional council.

Une vue du pays ESU, nord-ouestC'est dans ce contexte que l'ex-responsable SDF Kum Chrysantus, entretemps devenu membre du RDPC, parti au pouvoir dont Baba Danpullo est membre du comité central comme tous les gens fortunés du pays, a décidé d'entrer en scène.

Au nom d'une petite organisation qu'il préside, la Menchum for Civil Society Development, il a écrit une lettre en faveur du milliardaire au premier ministre de la République, court-circuitant ainsi toutes les procédures en cours dans la région et les accords conclus entre les parties. Il attend du premier du Cameroun une intervention autoritaire pour forcer la communauté à accepter Danpullo selon les conditions déterminées par ce dernier.

Alhadji Baba Danpullo est ...un ESU

Son premier argument est le plus hillarant: Alhadji Baba Danpullo est un Camerounais, un ...ESU! Très étrange, car j'avais entendu le même argument dans les conflits qui ont opposé le même Alhadji Baba Danpullo avec la communauté Mbororo du Nord-Ouest. C'était pour les mêmes raisons: extorsions de terres pour agradir illégalément son domaine, emprisonnement arbitraires de jeunes en corrompant l'appareil judiciaire pour fabriquer des accusations de trouble à l'ordre publique et condamnation des récalcitrants, immixions dans la succession des chefs qui décèdent pour mettre ses hommes de main sur le trône, etc. Lorsque ses actes d'oppression étaient critiqués, on nous nous disait, mais "Alhadji Baba Danpullo est lui-même un Mbororo, comment peut-il opprimer des Mbororos" ?  Aujourd'hui qu'il tente d'opprimer le peuple ESU sur ses propres terres, on dit qu'il est lui-même un ...ESU ?

C'est un complot du SDF contre le RDPC

Puis il sort l'argument politique: tout cela est un complot du SDF pour chasser le RDPC de la région. Baba Danpullo et les militants du RDPC seraient diabolisés tandis que les militants du SDF et le Fon seraient présentés comme des "anges". Il écrit: "In fact since 1990 the S.D.F. in a deseperate bid to defeat the CPDM has always seen Alhadji Baba as the obstacle to its victory
in ESU. That is why the present S.D.F. MP for Menchum North once boasted in ESU that he was going to seize back the ESU land from Alhadji Baba to ensure continued support for his party in the area
".

Or dirigeant principal du SDF à ESU en son temps, il n'a démissioné du SDF qu'en 2013 à cause "d'humiliations permanentes" que lui ferait subir la hiérarchie du SDF. Cela veut dire que si son argument ci-dessus est vrai, c'est lui-même qui a dirigé pendant 13 ans le combat du SDF contre BAD qu'il veut protéger aujourd'hui. Malheureusement pour lui, même les députés RDPC de la région sont conscients que le conflit n'est pas politique. Début juillet 2016 ils ont visités les 10 000 Ha de terrain objets du conflit et selon les indiscretions, ils joignent leurs voix à celles des autres autorités administratives et politiques qui demandent à Danpullo de trouver une solution pacifique avec la communauté ESU. 

Lois camerounaises et conventions internationales

Demander à Danpullo d'évacuer la terre qu'il occupe serait une violation des lois camerounaises et des conventions internationales. Mais le problème est que Danpullo n'a aucun titre foncier sur les terrains qu'il réclame, il n'a pas réussi à les faire immatriculer malgré les 50 millions de fcfa qu'il a dit au Premier Ministre Philemon Yang avoir distribué aux autorités administratives. Dans le cadre d'une plainte qu'il avait lui-même initiée contre le Fon d'ESU, il avait été incapable d'apporter la moindre preuve que les terres lui appartiennent; de même lors de la visite du domaine en décembre 2015 avec le gouverneur, il n'avait pas pu indiquer avec précisions les limites de ses parcelles. Danpullo s'est installé à Esu plus de 10 ans après l'entrée en viguer de la loi de 1974 sur le foncier, par conséquent il ne peut pas simplement faire immatriculer ces terres en tant qu'occupant de fait.

Danpullo à ESU, c'est la volonté des ...ancêtres

Son argument le plus ridicule, pour s'arrêter là, arrive lorsqu'il invoque les ancêtres. En combattant contre Alhadji Baba Danpullo le Fon actuel d'ESU serait en train de désobeir ou même de combattre ...ses propres

 
Cameroon - violent repression against the minority Mbororo

ancêtres, car lui Kum Chrysantus, il aurait lu dans un boule magique, que l'arrivée de l'homme d'affaire à ESU est un choix des ancêtres. C'est pour cette raison qu'en 1986 le conseil traditionel avait voté en faveur de l'attribution d'une portion du foncier rural pour les projets de BAD. Allant plus loin, il demande carrement au Fon Albert Kum-a-Chuo II de ...démissioner s'il ne peut pas respecter les volontés des ancêtres ainsi interprétées.

Nous nous trouvons ici directement dans un scénario que BAD a usé et abusé contre les communautés Mbororos: lorsqu'un souverain traditionel lui tient tête pour sauvegarder les intérêts de sa communauté, Danpullo manigance avec des laquais locaux pour le faire tomber, puis remplacer par quelqu'un d eplus malléable qu'il fera confirmer et installer par les autorités administratives qu'il aura corrompues (voir vidéo ci-contre).

Le peuple d'ESU doit se méfier et ne pas sous-estimer les individus comme cet homme. Ils doivent rester soudés derrière leur souverain pour protéger leurs terres, terres dont ils ont besoin pour assurer la survie de la communauté.

 

Écrit par Roufaou Oumarou

Des viols à l'esclavage, des nomades racontent la violence des antibalakas en Centrafrique

Le capitaine Guerandi Mbara