HérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHérosHéros
Le Citoyen Soul to Soul, otage de l’ingratitude cynique du régime Ouattara !
Cameroun: naissance du mouvement
Cameroon: Paul Biya libère les prisonniers anglophones
Les images de Marafa Hamidou Yaya pleuvent sur l'ambassade du Cameroun en France
Le Franc-Parler du Président Alpha Condé et la génération africaine émergente
Les panafricons
Fausses vidéos d'Alep: 5 personnes arrêtées en plein tournage en Egypte
Un garçon de 7 ans sauvagement battu et brulé vif à Lagos
Facebook côté démons: le faux profile d'un ComZone de la Seleka utilisé pour attiser la haine inter-réligieuse en insultant le Pape
Horreur: un Africain se fait agresser et arracher les yeux à Bruxelles pour des critiques politques sur facebook!
Réflexion. Projet
Turquie: deux Nigérians arrêtés avec 115 capotes de drogue dans l'estomac
RCA: tacle mensonger de diaspora-magazine.com contre la SELEKA
Biens Mals Acquis: 11 voitures de luxes de Teodorin Obiang saisis en Suisse
Sultan de Sokoto:

Contre l'Impunité: la CPI condamne JP Bemba à 18 ans de prison

Un milicien de Jean Pierre BembaVictoire pour les victimes centrafricaines des hordes sauvages du chef de guerre congolais Jean-Pierre Bemba. La Cour Pénale Internationale a condamné aujourd'hui le président du MLC, ancien Vice-Président de la RDC à 18 ans d'emprisonnement.

Jean-Pierre Bemba a été reconnu coupable, en tant qu'autorité hiérarchique, de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre, notamment de viol, meutre et pillage d'une ville ou d'une localité. Ces crimes avaient été commis par ses hommes en République Centrafricaine entre octobre 2002 et mars 2003.

Jean-Pierre Bemba est emprisonné à la CPI depuis 2008, donc il devra passer encore 10 ans derrière les barreaux, à moins d'obtenir plus tard une reduction de peine.

À cause de son "comportement coupable" avant et pendant sa détention, telle que la tentative de citer des faux témoins et des temoins corrompus, le chef de guerre s'est vu reconnaitre des circonstances aggravantes pour tous les crimes commis par ses troupes en RCA. Pour la CPI, le chef du MLC était bien informé et pleinement conscient de la gravité des crimes que ses hommes "comettaient et allaient commettre", notamment "en raison de son instruction et de son expérience".

Le 20 juin, un jour donc avant la décision de la Cour sur la peine, les avocats de Bemba ont interjeté appel contre le verdict de culpabilité de leur client. Cependant cet appel n'est pas suspensif de la procédure, ce qui a permis à la Cour de prononcer aujourd'hui la peine de 18 ans de prison.

La sentence d'aujourd'hui est une preuve supplémentaire en faveur de l'existence de la CPI comme ultime Jean-Pierre Bembarecours pour certaines victimes civiles, afin d'obtenir Justice face à un adversaire puissant qui aurait certainement échappé à toute poursuite s'il n'avait pas été poursuivi par la Justice Internationale. Un individu comme Bemba ne devrait pas se sentir dépaysé parce qu'il est à la Haye, en Europe: des pants entiers de sa personnalité, ses rélations, ses fournisseurs en armes et services, ses résidences, ses affaires, etc sont en Europe. Ses enfants fréquentent l'ecole belge de Kinsasha. Il n'est donc pas recévable de crier à la discrimination ou de parler de "tribunal des négriers" ici.

Compte tenu de sa richesse, de son puissant réseau de rélations politiques nationales et internationales et de son intelligence, la RCA n'aurait jamais pu le traduire devant une cour de justice locale ou sous-régionale. C'est pour cette raison que le gouvernement centrafricain a saisi la CPI le 21 décembre 2004 pour enquêter sur les crimes commis sur son territoire après 2002 et juger les responsables de ces crimes.

Avec le verdict prononcé recemment par une Cour Africaine Spéciale de Justice contre l'ex-Président tchadien Hussein Habré, il existe un espoir réaliste de voir à moyen terme une authentique Cour de Justice Africaine qui se chargera de juger les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre comme en Afrique, mettant ainsi fin à l'Impunité qui règne actuellement sur le Continent. Alors, et seulement alors le recours à la CPI sera dévenu inutile.

En attendant, il reste à expérer que le sort de Bemba et de ses semblables comme Hussein Habré, Charles Taylor, etc servira de léçon aux  détenteurs de pouvoir, à quelque niveau que ce soit, pour faire réculer les violations massives des Droits de l'Homme qu'on observe encore, hélas, un peu partout sur le Continent.

Roufaou Oumarou, 21/06/2016.

 

 

 

Le capitaine Guerandi Mbara