Cameroun - Patrice Nganang: le temps de mon exil sera bref!
Technologie: Apple confirme ralentir volontairement la vitesse de votre
Interview de Maitre Abdoulaye Harissou
Ventes de migrants africains en Libye: une conférence-débat à Bruxelles ce 25 novembre 2017
Terre en crise: Parce que nous refusons de comprendre ...!
Cameroun -Crise
#BalanceTaPute: la chanteuse Mariah Carey accusée de harcèlement sexuels
Arnaque sur internet: 44 000€ escroqués par deux
Les nombreux silences coupables de Gon Coulibaly: la rhétorique victimaire et mensongère du Journal L’Expression
Le Citoyen Soul to Soul, otage de l’ingratitude cynique du régime Ouattara !
Cameroun: naissance du mouvement
Cameroon: Paul Biya libère les prisonniers anglophones
Les images de Marafa Hamidou Yaya pleuvent sur l'ambassade du Cameroun en France
Le Franc-Parler du Président Alpha Condé et la génération africaine émergente
Les panafricons

Nelson Mandela

Le Capitaine Thomas Sankara Nelson Mandela, Rolihlahla de son deuxième prénom, est un sage, humaniste et combattant de la Liberté africain. Il a été l’un des Leaders de la lutte contre l'Apartheid et fût président de l'Afrique du Sud entre 1994 et 1999. Il quitta volontairement le pouvoir pour laisser la place à son successeur élu Tabo Mbeki.

En 1993, il reçoit avec le président sud-africain de l'époque, Frederik Willem de Klerk, le Prix Nobel de la paix pour leurs actions en faveur de la fin de l'apartheid et l'établissement de la démocratie dans le pays.

 

L’engagement de Nelson Mandela pour faire de ce Monde un monde meilleur ne s’est pas arrêté avec la fin de son mandat à la tête du pays, malgrès son âge avancé. Au contraire. Il mène un combat efficace contre le sida, en particulier pour rendre les prix du traitement accessible aux plus pauvres. C’est une personnalité écoutée partout dans le Monde, ce qui lui a permis d’intervenir en qualité de médiateur dans plusieurs conflits, tels que celui de la RDC ou du Burundi.

Initié à l’âge de 16 ans selon la coutume africaine, il étudie avec succès à la Clarkebury Boarding Institute et obtient son certificat scolaire en deux ans (au lieu de trois habituellement). En 1934, Mandela s'inscrit au Collège Wesleyan de Fort Beaufort, puis rejoint après l’obtention de son diplome l'université de Fort Hare où il fait la connaissance de Oliver Tambo.

Très tôt il s’engage dans la Resistance au regime raciste de l’Apartheid. Dès sa première année, il est impliqué, comme membre du conseil représentatif des étudiants, dans le boycott du règlement universitaire jugé alors injuste. Il est alors renvoyé de l'université. Il va à Johannesburg et y passe sa licence par correspondance à l'université d'Afrique du Sud (UNISA) puis débute des études de droit à l'université du Witwatersrand.

Il rejoint le Congrès National Africain (ANC) en 1942, afin de continuer sa lutte contre la domination politique de la minorité blanche et le regime raciste en place.

En 1944, il fonde avec entre autres Walter Sisulu et Oliver Tambo la ligue de jeunesse de l'ANC. En 1952, Mandela, devenu entretemps avocat, monte la campagne de défiance contre le gouvernement.

En 1955 il participe à la rédaction de la charte de la liberté dont le programme fondamental est la lutte contre la ségrégation raciale et l'apartheid. À cette époque, Mandela et Tambo se sont associés au sein de leur propre cabinet et prodiguent des conseils juridiques gratuits aux noirs les plus pauvres.

Le 5 décembre 1956, Mandela et 150 autres personnes sont arrêtés et accusés de trahison. Ils sont au bout du compte tous acquittés.

Après le massacre de Sharpeville où il y a eu 79 morts et 178 blessés en 1960, les appels à la lutte armée sont plus pressants d'autant plus que l'ANC et le Congrès panafricain sont interdits, ses leaders emprisonnés ou assignés à résidence. La stratégie non-violente de l'ANC est abandonnée par Nelson Mandela qui fonde Umkhonto we Sizwe,le bras armé de l'ANC.

Arrêté, il fut emprisonné en 1962 puis condamné à cinq ans de prison en 1963, et, après un procès où il contesta la justice d'apartheid, condamné à la détention à perpétuité en 1964 dans le pénitencier de Robben Island, devenant au fil des années, le plus célèbre et l'un des plus anciens prisonniers politiques du Monde.

Il ne fut libéré que le 11 février 1990 lorsque le chef de l’Etat de l’époque Frederik de Klerk mit fin à la clandestinité de l'ANC, et le sollicita pour maintenir la paix civile en Afrique du Sud.

Nelson Mandela a passé 28 ans de sa vie en prison, pour ses idées humanistes, pour la Démocratie et l’égalité raciale en Afrique du Sud. Pendant toutes ses années il lui fut proposé à plusieurs reprises de renoncer à sa lutte contre de l’argent ou des postes de pouvoir, dans son pays comme à l’Etranger, mais il resta ferme et refusa.

En 1979 il reçoit le Prix Nehru pour la Paix et dix ans plus tard le Prix Kadhafi des droits de l'Homme. C'est pour la fin du régime de l'apartheid qu'il reçoit avec le président Frederik de Klerk le Prix Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix en 1991 et surtout le Prix Nobel de la paix en 1993.


À la suite des premières élections démocratiques du 27 avril 1994, remportées largement par l'ANC, Nelson Mandela est élu Président de la république d'Afrique du Sud et prête serment à Pretoria le 10 mai 1994 devant toute la classe politique international.

Son autobiographie Un long chemin vers la liberté est publiée en 1995 et raconte son enfance, son engagement politique, ses longues années de prison et son accession au pouvoir.

Nelson Mandela est remarié avec Graça Machel, veuve de l'ancien président du Mozambique, Samora Machel.

Il vit actuellement en Afrique du Sud.